//Télémédecine : Tout savoir sur cette branche de l’E-Santé

Télémédecine : Tout savoir sur cette branche de l’E-Santé

Par | 2019-09-02T18:07:05+02:00 18 juillet 2019|Catégories : Praticiens & soignants|Mots-clés : , , , , , , , |0 commentaire

Comme beaucoup de secteurs, la santé peut désormais profiter de la digitalisation, ou la E-Santé. Ces nouvelles pratiques numériques viennent redessiner le paysage de la santé. Parmi elles, la télémédecine apparaît de plus en plus comme étant une solution pertinente pour répondre aux défis que doivent relever nos systèmes de santé : déserts médicaux, augmentation et vieillissement des populations, … Tour d’horizon sur la télémédecine et les nouveaux enjeux qu’elle apporte aux praticiens français.

Qu’est-ce que la télémédecine ?

La télémédecine est une nouvelle forme de pratique médicale, qui a été rendue possible grâce à la loi “Hôpital, Patients, Santé, Territoires” de juillet 2009, une loi fondamentale, qui va permettre de relever les nouveaux défis de la santé. En 2018 après 10 ans d’expérimentations, la télémédecine va peu à peu devenir une pratique médicale quotidienne. Même si deux écoles se forment dans la communauté des médecins, la majorité d’entre eux sont convaincus de l’impact positif que peut avoir la télémédecine pour les patients.

Globalement, la télémédecine est regroupée dans ce que l’on appelle la télésanté, qui est l’ensemble des technologies, réseaux et services de soins basés sur la télécommunication, tout en comprenant les programmes d’éducation, de recherche collaborative, de consultation et d’autres services dans un unique et même but qui est d’améliorer la santé du patient.

En plus d’améliorer la santé du patient, la télésanté saisit le développement du numérique afin d’améliorer la coordination de professionnels de santé autour de la prise en charge et du suivi du patient (dossiers médicaux, informations médicales, archivages des données). On en déduit donc que la télémédecine s’inscrit dans un win-win : faciliter l’accès aux soins du patient tout en améliorant les conditions de travail du praticien.

Aujourd’hui on compte 5 types d’actes de télémédecine définis par la loi depuis 2009 :

La téléconsultation médicale

La téléconsultation

C’est une consultation entre un professionnel de santé qui est donc appelé “téléconsultant” et un patient par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication. Depuis 2018, n’importe quel médecin quelle que soit sa spécialité et son secteur d’exercice y compris en centre de santé, peut réaliser une consultation à distance sur l’ensemble du territoire Français, l’assurance maladie a créé deux actes de suivi des patients permettant l’éligibilité à un remboursement.

>> En savoir plus sur la pratique de la téléconsultation

La téléexpertise

Cette technique de consultation permet à un médecin, appelé “médecin requérant”, de solliciter un confrère quant à lui appelé “médecin requis”, lors d’une intervention ou de l’établissement d’un diagnostic.

Tout médecin peut recourir à la téléexpertise, peu importe sa spécialité, son secteur d’exercice ou encore sa localisation. Jusqu’en 2020 la téléexpertise sera réservée aux patients où l’accès au soin est compliqué ou à ceux qui ne sont pas mobiles de par leur état.

La télésurveillance médicale

Cette branche de la télémédecine part du patient. C’est-à-dire qu’il récupère lui-même ou à partir d’un dispositif dédié des données sur son état de santé. Ensuite, un médecin surveille et interprète à distance les données que le patient lui transmet, il peut décider ensuite d’une intervention, d’une prise en charge adaptée ou bien même de déléguer des actions à un autre professionnel de santé.

Grâce à loi HPST, la télésurveillance poursuit son développement en France et a été remise sur le devant de la scène.

La téléassistance médicale

La téléassistance médicale

Il n’est pas rare que des médecins de spécialités différentes ou non se sollicitent pour se conseiller mutuellement. La téléassistance médicale vient simplifier ces échanges. En effet désormais, un professionnel médical peut assister à distance un autre professionnel de santé lors de la réalisation d’un acte. La téléassistance peut également concerner des actes paramédicaux ou encore des actes de chirurgie. La téléassistance est cependant un domaine de la télémédecine encore jeune, qui se développe petit à petit mais qui possède un avenir extrêmement prometteur.

La régulation médicale

L’objectif de la régulation médicale est de faire en sorte que les médecins réalisent par téléphone un premier diagnostic afin de déterminer et de donner la réponse la plus adaptée. Les défis actuels de la santé, comme l’évolution des besoins de la population, la baisse du nombre de médecins traitants ou encore l’encombrement des services d’urgences demandent une régulation médicale. En 5 ans, le nombre d’appels aux urgences a augmenté de 20% et le nombre de dossiers de régulation médicale dépasse les 20 millions par an. C’est donc l’acte de la télémédecine le plus réalisé.

Les chiffres de la télémédecine

Récemment, le projet de loi “Ma Santé 2022”, présente cette volonté d’accélérer ce virage numérique. La Ministre Agnès Buzyn a même annoncé la nomination de Dominique Pon et Laura Létourneau, qui sont responsables et délégués ministériels du numérique pour la santé. Ils se chargeront de piloter 5 orientations pour accélérer le virage numérique, dont la télémédecine.

Cette transition dans le développement et la démocratisation de la télémédecine part d’une réelle nécessité :

  • 6 français sur 10 ont déjà dû renoncer à consulter à cause : des délais avant un premier rendez-vous, d’une mauvaise répartition du nombre de médecins sur l’ensemble du territoire ou encore d’un manque de matériel.
  • 38% des français ont attendu trop longtemps avant de consulter pour un problème bénin qui s’est ensuite beaucoup aggravé.
  • 76% des médecins généralistes et 71% des spécialistes s’estiment aujourd’hui sur-sollicités par leurs patients.
  • 68% des généralistes et 59% des spécialistes déclarent échanger fréquemment à distance avec leurs patients (mails, appels, sms…)
  • En complément des consultations physiques avec leur médecin traitant, 1 français sur 2 déclare être prêt à consulter un médecin via une consultation en télémédecine.
  • 61% des Français seraient prêts à téléconsulter pour obtenir rapidement un premier avis médical, suite à un problème de santé ponctuel.
  • Enfin : 3 médecins sur 4 sont aujourd’hui favorables au développement de la télémédecine.

La télémédecine comment ça marche ?

La télémédecine - Le matériel à avoir

Tout projet de télémédecine doit s’inscrire dans une volonté d’améliorer la qualité et la coordination des soins, ou dans un contrat particulier signé par le directeur général de l’Agence Régionale de Santé (ARS).

En effet, la télémédecine doit répondre à un besoin territorial et contribuer à un meilleur accès ou une meilleure continuité des soins. Elle n’a pas vocation à se développer si elle n’apporte pas de bénéfice particulier sur ces aspects, ou si elle est envisagée dans un secteur où l’offre de soins est déjà suffisante. Il appartiendra à l’ARS et au Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) de juger de l’opportunité de développer ce projet.

Pour exercer la téléconsultation, il faut que le praticien possède :

  1. Un système de visiocommunication sécurisé entre lui et le patient
  2. Un dossier médical en ligne, pour noter les éléments de la consultation et établir le suivi du patient (il est possible d’utiliser le dossier médical partagé, DMP).
  3. Une connexion Cartes Vitales et Cartes de Professionnel de Santé, qui permet une facturation par feuilles de soins électroniques (FSE).
  4. Une messagerie sécurisée pour transmettre des ordonnances et compte-rendus aux médecin traitants.
  5. Un accès à Ameli Pro

Lire aussi : La téléconsultation médicale, comment et où la pratiquer

Télémédecine : combien gagnent les praticiens ?

Tout dépend de l’acte de télésanté effectué, mais si nous partons des consultations à distance, elles sont facturées au tarif habituel de 25 ou 30 euros, comme pour les actes présentiels. La téléconsultation est donc facturée par le médecin téléconsultant au même tarif qu’une consultation en face-à-face (de possibles majorations peuvent s’y ajouter), à l’exception du médecin libéral qui a la possibilité de facturer un dépassement d’honoraires en secteur 2.

Honoraires pour la téléexpertise

Deux niveaux de consultation sont établis selon leur degré de complexité :

  • 1er niveau 12 euros (limité à 4 actes par an, par patient pour un même médecin)
  • 2ème niveau : 20 euros (limité à 2 expertises par an et par patient pour un même médecin)
  • Le médecin appelé est également rémunéré à hauteur de 5 euros par expertise de niveau 1 et 10 euros pour le niveau 2 (dans la limite de 500 euros par an)

Ces actes ne sont pas facturés au patient et sont directement facturés entre les médecins et l’assurance maladie. Ils ne peuvent pas faire l’objet d’un dépassement d’honoraires.

En 2020, d’après la CNAM, la tarification de la téléexpertise pourra être redéfinie par les partenaires conventionnels.

La télémédecine - Exercer en téléconsultation ou téléexpertise

Les avantages de la télémédecine pour le praticien

  1. Permettre de décentraliser l’accès aux soins et de s’affranchir des barrières géographiques
  2. Participer au développement d’une nouvelle façon de soigner
  3. Optimiser le suivi de sa patientèle
  4. Désengorger les cabinets de médecins et les services d’urgences
  5. Gain de temps considérable pour les professionnels de santé et optimisation de leur emploi du temps
  6. Amélioration du niveau de la qualité des soins

Les inconvénients de la télémédecine pour le praticien

  1. Les risques de mauvais diagnostic
  2. La responsabilité du diagnostic
  3. Les problèmes technologiques (hébergement des données, échanges de données…)
  4. Le coût élevé de mise en place d’un système

L’avis du plus grand nombre, sur la question de la télémédecine, est partagé car en effet certaines polémiques prônent le fait que la télémédecine devienne le “Uber” des pratiques médicales. Pourtant en France, dans les années à venir, la santé va devoir relever des défis colossaux, il est donc essentiel d’accepter “l’aide” que peut nous procurer les nouvelles technologies pour permettre aux professionnels de santé de garantir les meilleurs soins possibles aux Français.

Recevez des infos et offres pour pratiquer la télémédecine

En tant qu’Agent de médecins, Medelse travaille avec la majorité des établissements de santé français et propose déjà des services de télémédecine à ses praticiens, notamment en téléconsultation.

Vous souhaitez en savoir plus sur la télémédecine et les différentes possibilités qui s’offrent à vous ? Inscrivez-vous, un de nos Agents, expert du secteur médical, vous conseille et vous guide dans ces nouvelles pratiques.

Je veux recevoir plus d’informations sur la télémédecine

Inès Medelse


Laisser un commentaire